Retour

Emballages phytosanitaires vides : les bons gestes

Les activités agricoles sont aujourd’hui encadrées par de nombreuses pratiques qui garantissent la sécurité du travailleur, la santé du consommateur et la protection de l’environnement. Ces bons gestes s’appliquent notamment à l’utilisation des produits phytosanitaires et à la gestion des déchets. Les Emballages Vides de Produits Phytosanitaires (EVPP) font partie de ces déchets. En raison de leurs diverses propriétés, ceux-ci doivent être nettoyés différemment après traitement des cultures et avant leur collecte par Adivalor, la filière française de gestion des déchets de l’agro fourniture.

Les bidons de moins de 25 litres

Première catégorie concernée : les bidons de moins de 25 litres. Le viticulteur prendra soin de les rincer manuellement à 3 reprises, en agitant pendant 30 secondes le bidon rempli au tiers d’eau claire, ou à l’aide d’un rince-bidon pendant 30 secondes au minimum. Mais, il doit s’équiper au préalable de certains EPI, à savoir une combinaison phytosanitaire, des lunettes et des gants. Et surtout s’abstenir de boire, de manger ou de fumer durant la manipulation de ces emballages. Une fois les contenants rincés, il faut verser l’eau de rinçage dans la cuve du pulvérisateur. Selon Adivalor, ce rinçage permet de récupérer l’intégralité du produit et ainsi d’économiser jusqu’à 3 € par bidon.

Le viticulteur doit ensuite égoutter les bidons en orientant le goulot vers le bas, après avoir retiré les bouchons. En attendant la prochaine collecte, il veillera à stocker les emballages à l’abri de la pluie dans un sac plastique transparent dédié qui portera son nom et celui de sa commune. Les bouchons doivent être stockés à part, dans un sac.

Fûts en plastique ou en métal, sacs et boîtes

Seconde catégorie de déchets : les fûts en plastique ou en métal de 25 à 300 litres. Adivalor préconise de vidanger le produit restant au fond du fût dans la cuve du pulvérisateur et de fermer le fût hermétiquement. Puis de nettoyer les traces de produit présentes sur l’extérieur des fûts et vérifier qu’il porte bien l’étiquette d’origine. Enfin, pour les sacs et boîtes de moins de 25 kg, l’agriculteur prendra soin de vider le produit restant à l’intérieur du sac ou de la boîte dans la cuve du pulvérisateur, avant de fermer le fût hermétiquement. Après cela, il devra mettre ces emballages dans une sache transparente et différente de celle qui reçoit les bidons.

65 000 tonnes d’emballages et plastiques usagés recyclés en 2017

Par ailleurs, il est importante de savoir que le brûlage et l’enfouissement des emballages phytosanitaires vides usagés sont interdits. On ne doit pas les mélanger, non plus, avec les ordures ménagères. Pour rappel, Adivalor est une société privée (SAS) sans but lucratif. Elle définit les modalités techniques de gestion des différents intrants agricoles, de leur tri et leur recyclage. En 2017, plus de 65 000 tonnes d’emballages et plastiques usagés ont été recyclés, soit plus de 60 000 tonnes d’émission de CO2 évitées. Ce qui équivaut aux émissions de 25 000 véhicules sur un an.

Prenez contact
Partager