Retour

Agriculture de précision : en route vers le numérique !

Agriculture numérique… ? C’est quoi encore ce truc ?

L’agriculture numérique, c’est l’ensemble des technologies numériques au service de la production agricole : observation, localisation et datage, réseaux de communication, informatique…. La liste est longue !

Les agriculteurs l’ont bien en tête : « GPS » est le premier mot cité lorsqu’on leur pose la question.

Télédétection, robotique, localisation GPS, modulation de dose… les technologies d’agriculture de précision sont variées pour s’adapter à la diversité des profils d’agriculteurs.

Le but : être en mesure de prioriser les services stratégiques pour un usage utile et raisonné.

Alors, agriculture numérique, agriculture de précision…De quoi parle-t-on ? Quels usages en faire ? Quelle adoption au sein du monde agricole ? Quels enjeux ? A quel prix ?

SAFE décrypte pour vous l’arrivée de notre agriculture de demain « connectée » !

Agriculture et numérique : un couple qui bat de l’aile ?

A priori, quand on parle d’agriculture associée à des technologies numériques, on a plutôt l’impression d’être dans un film de science-fiction. Si ce n’est que les acteurs, ce sont nos agriculteurs !

Mais aujourd’hui, avec un semoir classique ou encore un pulvérisateur à voûte, y a-t-il un moyen VRAIMENT efficace pour piloter exactement la dose d’engrais à épandre ? Ou bien encore de cibler efficacement les maladies ?

Pas de panique, notre héros le numérique n’est pas bien loin ! Il s’invite partout jusque dans nos machines : tracteurs connectés, systèmes de guidage automatisé, outils d’aide à la décision, amélioration des modes de production…

Il existe une grande diversité des secteurs de cultures, donc une diversité de besoins. Cela tombe sous le sens, un céréalier du Lot-et-Garonne n’aura pas les mêmes attentes qu’un maraîcher des Landes par exemple ! Il faut donc des solutions adaptées pour aider chacun d’entre eux : une cartographie de vigueur, réalisée à l’aide de capteurs par exemple, peut aider un céréalier à apporter l’engrais là où les plantes en ont le plus besoin.

Ou bien encore, le sarclage (arrachage des herbes adventices et ameublissement du sol) est automatisé en maraîchage grâce à des capteurs de situation et un GPS, ce qui permet à l’engin robotisé de se diriger sans endommager les lignes de cultures (carottes par exemple). Cette technologie de précision permet également de diminuer la part des herbicides chimiques !

Quelques chiffres

En Europe, entre 2010 et 2020, la vente de récepteurs GNSS (boîtiers de géolocalisation) a été multipliée par 10 !

En France, en moyenne une exploitation sur deux est équipée d’un système de géolocalisation. Les Grandes Cultures et le Maraîchage arrivent en tête des utilisations.

Enfin, n’oublions pas la filière animale : près de 5 000 robots et notamment les robots de traite, sont utilisés au quotidien par nos éleveurs (ce qui représente environ 2 stations de traite sur 3).

Quelles difficultés sont évoquées par les agriculteurs ?

Plusieurs interrogations freinent actuellement les agriculteurs dans leur prise de décision :

  1. Quel intérêt d’aller vers l’agriculture de précision ? Encore une fois, la réponse est à nuancer en fonction de la culture. Un céréalier verra l’intérêt de moduler la fertilisation au plus juste, pour faire des économies d’engrais et donc d’argent, sans perdre en qualité ; tandis qu’un viticulteur trouvera que c’est une perte de temps et d’argent, surtout s’il a une petite surface. Donc sans intérêt pour lui.
  2. Quel outil choisir ? Combien cela va-t-il me coûter ? Quelle sera sa rentabilité à terme ? Certains se posent la question de mutualiser, acheter à plusieurs, pour diminuer la part d’investissement de départ et rentabiliser les appareils.
  3. Nouvel outil = se dégager du temps pour apprendre à s’en servir !!! Ai-je le temps ? Est-ce une charge mentale supplémentaire ? La question de la volonté se pose : apprendre à utiliser encore un outil, est-ce que ça prend beaucoup de temps ? Pour beaucoup, la charge de travail supplémentaire est un frein, alors que ces outils numériques sont justement là pour les soulager !

 

Quelles solutions peut-on apporter aux agriculteurs pour démocratiser l’agriculture numérique ?

On constate souvent un décalage entre toutes les possibilités apportées par l’agriculture numérique, et l’utilisation réellement faite par les agriculteurs.

Pourquoi ? Si l’on interroge les exploitants sur le terrain, l’on constate qu’ils n’ont pas été formés à ces technologies.

Eh oui ! Un des piliers majeurs dans l’acceptation du numérique en agriculture est le transfert de compétences en numérique ! Techniciens spécialisés, formateurs, experts en agroéquipement, groupes de travail… : autant d’acteurs que de technologies pour répondre concrètement aux besoins des agriculteurs et les accompagner !

Vous l’aurez compris, l’enjeu de demain, c’est se former pour mieux comprendre les liens entre l’agriculture et le numérique… et savoir l’utiliser et en tirer tous les avantages !

Prenez contact
Partager